Pour un instant d’incompréhension

Saga Baltimore – Nouvelle – 2.5


Katherine Cecily Huntington-Smith est procureure adjointe du Maryland, et elle vit sous protection rapprochée depuis qu’elle est devenue la cible d’un fou. Qui est cet inconnu qui la harcèle et a déjà essayé deux fois de la tuer ?

C’est précisément ce que Shane West, inspecteur à la Criminelle, aimerait découvrir. Chargé d’être le garde du corps de la jeune femme, il joue son rôle avec le sérieux et le professionnalisme qui ont bâti sa réputation. Toutes les nuits, stoïque, il assure sa sécurité. Sans lui accorder ni un regard ni une parole, il maintient entre eux une stricte distance que la jeune femme tente de toutes ses forces d’abolir.

Ils pourraient n’être que deux étrangers réunis par une enquête, sauf qu’ils sont bien plus et qu’un instant d’incompréhension les a autrefois séparés.



Où la trouver ? 

La nouvelle est intégré au livre papier « Sous haute protection »


Découvrez un extrait


Chapitre 1

KC resserra ses bras autour d’elle. Elle ne pouvait s’empêcher de trembler. Un pompier s’approcha d’elle, souriant, et posa une couverture sur ses épaules.

— Ce n’est rien, madame. C’est le contrecoup. Ça va passer.

Elle eut envie de hurler. Non, ça n’allait pas passer. Non, ça n’irait pas mieux, tant que le malade qui essayait de la tuer ne serait pas sous les verrous.

— On va vous emmener passer des radios. Les policiers de votre escorte sont arrivés.

Soupirant de soulagement, elle tourna très doucement la tête dans la direction indiquée. Elle avait la nuque raide, le dos en compote, des ecchymoses et des éraflures mais, par chance, l’appuie-tête et l’airbag avaient limité les dommages. À la vue des trois hommes qui venaient vers elle, son estomac se serra douloureusement. Il y avait deux officiers patrouilleurs en uniforme, comme elle s’y attendait, mais il y avait aussi Shane West, inspecteur à la Criminelle : son rêve et son pire cauchemar.

— Procureur ! la salua-t-il avec froideur, le visage impénétrable.

— Inspecteur West, répondit-elle, crispée.

— Les agents Jones et Rice vont vous accompagner à l’hôpital. Ils ont ordre de rester près de vous en permanence. Je vous remercierais de leur faciliter la tâche. Ça nous changerait !

KC serra les dents, mais ne riposta pas comme elle l’aurait fait dans d’autres circonstances. Elle ne l’avait pas volé. Elle s’était conduite de façon idiote.

En revanche, se dit-elle, il n’est pas obligé de me parler comme ça devant ses collègues.

Elle se releva en grimaçant et monta dans l’ambulance avec l’aide d’un pompier, suivie par l’un des officiers. Shane regarda les portes du véhicule de secours se fermer sur eux.

— Satanée tête de mule ! marmonna-t-il.

Il rentrait au Central en voiture quand il avait entendu le message radio. Un van non identifié avait poussé la voiture de la jeune femme dans la glissière de sécurité avant de prendre la fuite.

Elle a de la chance de s’en sortir sans trop de dommages, cette fois encore.

C’était la deuxième agression. Deux semaines auparavant, KC avait atterri dans le lac, poussée à l’eau par un inconnu alors qu’elle faisait son jogging le long des berges. Depuis, Katherine Cecily Huntington-Smith, procureur adjoint de l’État du Maryland, était sous protection policière de niveau 2. Elle devait les prévenir de tous ses déplacements et être escortée lorsqu’elle se rendait dans des lieux publics. Elle bénéficiait d’une ligne directe avec l’équipe d’astreinte de la brigade criminelle chargée de sa protection. La nuit, une patrouille passait devant chez elle toutes les vingt minutes. Sauf que cet après-midi, cette enquiquineuse avait eu une course à faire, et qu’elle n’avait pas daigné les appeler. En entendant l’appel, le cœur de Shane avait raté un battement avant de s’emballer sous l’effet de l’angoisse. Il n’avait repris un rythme normal que lorsqu’il l’avait vue assise, indemne, sur le marchepied de l’ambulance. Il avait alors remis son masque professionnel pour lui parler. C’était le seul moyen.

Lucas Morris et toute l’équipe de la police scientifique arrivaient : Shane se dirigea vers eux. Enquêter sur les crimes, c’était son métier, il savait faire. Les relations humaines, par contre…

***

Pendant qu’elle patientait devant la salle d’examen des urgences, KC hésita un long moment à appeler sa mère. Elle n’était pas vraiment blessée, il était peut-être inutile de lui causer des soucis pour rien.

Allez, sois honnête ! s’admonesta-t-elle. Tu n’as pas peur qu’elle s’inquiète. Tu as peur qu’elle te dise : « Tu te fais des idées, ma fille. » Comme la dernière fois… Tant que mon frère ne se casse pas un ongle, le monde est parfait !

Rageuse, elle attrapa son téléphone portable et appela la seule personne au monde pour qui elle était sûre de compter vraiment : Lisa, sa meilleure amie depuis l’école.

— C’est moi, annonça-t-elle dès que celle-ci décrocha.

— Si tu savais comme je suis contente de t’entendre ! Je n’osais pas t’appeler. Comment vas-tu ?

— Physiquement, ça va. Moralement, c’est bof. Un malade m’a envoyée dans le fossé. Ryan t’a prévenue ?

— Évidemment !

Évidemment, se répéta ironiquement KC.

Lisa était tombée amoureuse du lieutenant Ryan Wyndham, et vivait même avec lui depuis quelques temps. Le couple avait prévu de se marier au mois de septembre prochain. Ryan était aussi l’un des officiers chargés de l’enquête sur le malade qui en voulait à la vie de KC. Il travaillait à la brigade criminelle et était, accessoirement, le supérieur et le meilleur ami de Shane West. Ils s’étaient rencontrés à l’école de police et s’arrangeaient pour être affectés dans les mêmes services.

— Je suis secouée, et je t’avoue que j’ai eu très peur.

— Plus qu’après ton plongeon dans le lac ?

— Je sais nager ! Je ne risquais par grand-chose, à part un bon rhume…

— … et des boutons, se moqua Lisa, rassurée d’entendre son amie ronchonner.

Celle-ci sourit enfin.

— Oui. Quand il a heurté ma voiture et qu’elle est partie en toupie, j’ai vraiment eu la frousse. Le pire, c’est que je n’ai rien vu.

— Qui se charge du dossier ?

— Avec la chance que j’ai en ce moment… Shane, bien sûr !

— Vous avez parlé ? demanda prudemment Lisa.

— Comme deux étrangers. Pitoyable, pathétique… avoua KC.

Non, ne pleure pas, s’ordonna-t-elle en sentant ses yeux la brûler.

— Je dois raccrocher, on m’appelle.

Elle coupa la communication avec précipitation se reprochant son émotivité. De son côté, Lisa ne fut pas dupe une seconde. Elle allait en discuter avec Ryan. Il fallait trouver une solution à cette situation qui n’avait que trop duré.


Où la trouver ? 

La nouvelle est intégré au livre papier « Sous haute protection »


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s