L’homme de la Sierra

Quand une belle Sudiste doit partager la vie d’un cowboy solitaire.

Californie 1866 – La guerre de Sécession a ruiné et détruit la famille d’Amélie. Pour survivre, la jeune femme se voit contrainte de quitter Charleston et de faire le dangereux voyage vers l’ouest sauvage.

Suite à un accident de diligence, elle se retrouve seule et sans ressource au cœur des montagnes de la Sierra Nevada.

Un rancher taciturne, croisé par hasard, lui offre sa protection, mais elle a un prix…


Où le trouver ?


Découvrir un extrait


Chapitre 1

Soudain, un craquement fit sursauter Amélie. Elle se redressa d’un mouvement vif.

Je me suis assoupie, réalisa-t-elle.

Le feu près d’elle était presque mort et le bruit se reproduisit, plus fort, plus proche. Elle saisit le scalpel qu’elle avait caché au fond de sa poche.

Une bien piètre arme…

Elle repéra une ombre inquiétante et silencieuse qui se déplaçait dans l’obscurité. Un ours ? Tremblante de peur, la jeune femme se rencogna contre la paroi. Un nouveau bruissement la fit tressaillir. La bête se rapprochait…

Reste calme, tu sais te défendre, s’encouragea-t-elle.

Elle avait pourtant pleinement conscience de la réalité de ses forces et de ses chances.

L’ombre grandit et, à la lumière de la lune, elle identifia la forme d’un Stetson. Elle reconnut aussi le cliquetis d’éperons heurtant le sol avant de voir apparaître des bottes éculées, lorsque l’homme entra dans le faible halo du feu.

C’était un voyageur, sans doute un cowboy, revêtu d’un épais manteau de cuir et de fourrures qui lui donnait cette allure large et étrange. Il tirait son cheval derrière lui par la bride et, nouées au pommeau de la selle, elle entrevit des longes qui devaient être celles de deux mules encore en partie dissimulées par les arbres.

Un homme et pas un ours… Ce n’était pas forcément beaucoup plus rassurant pour une femme seule.

Tétanisée par une angoisse sourde, Amélie ne réussit pas à prononcer un mot, et lui non plus ne dit rien, n’exprimant aucune surprise à la découvrir là, au milieu de la Sierra.

En silence, avec un calme parfait, il alla attacher son appaloosa près du poney indien d’Amélie. Il le dessella avec des gestes rapides et sûrs. Puis, sans rien demander, ôta également la selle du petit cheval pie. Le cowboy les bouchonna avec efficacité avant de s’éloigner pour s’occuper des mules de la même façon.

Amélie n’osait toujours pas parler, retenant son souffle et serrant aussi fort que possible son arme entre ses doigts gourds. Lorsque l’homme ramassa sa selle et son fusil et qu’il s’approcha d’elle, elle se raidit. Elle eut beau se raisonner, s’exhorter au calme, ses dents se mirent à claquer, et cette fois pas uniquement à cause du froid.

Sans solliciter sa permission, le cowboy posa ses affaires juste à côté d’elle. Ensuite, il saisit la couverture qui y était attachée et la tendit à Amélie. Étonnée, elle la prit gauchement et s’enroula dedans.

— Merci, murmura-t-elle.

Elle eut l’impression que l’homme haussait les épaules. Il se détourna d’elle, toujours aussi silencieux. Il s’agenouilla pour remettre méthodiquement une bonne quantité de bois dans le feu. Lui ne devait pas avoir peur qu’on le découvre. Il était armé !

Très vite, de belles flammes vives s’élevèrent. Amélie sentit une vague de chaleur venir jusqu’à elle, réchauffer ses joues. Le cowboy se redressa et passa dans la lumière.

C’est à ce moment seulement qu’elle le reconnut.


Où le trouver ?


L’avis des blogueuses


J’ai déjà découvert la plume de Pauline Libersart auparavant avec plusieurs de ses romances contemporaines, et ici, ce fut l’occasion de changer quelque peu d’univers. L’intrigue, assez basique dans son ensemble, dans laquelle on s’attend à la chute, est bien menée. Dès les premières pages, l’auteure a su capter mon attention et m’a entraîné dans l’histoire. Le récit est bien rythmé, les choses évoluent au fil de la lecture et les émotions sont bien présentes. J’ai beaucoup apprécié découvrir les différentes cultures mises en avant dans ce roman, car c’est un milieu vers lequel je n’étais pas tenté de me pencher auparavant.


Je pense que Dallas va réussir à en faire fondre plus d’une, en tout cas, moi c’est le cas ! Bien qu’il a fallu réussir à l’apprivoiser ce cow-boy, une fois que c’est fait, je peux vous dire qu’il donnera tout c qu’il possède pour vous et qu’il vous protègera au péril de sa propre vie ! Il faut bien dire, que vivre dans la Sierra n’est pas de tout repos, mais vous aussi vous aurez envie de vous y retrouver en si bonne compagnie.


Ce site n’appartient pas à Facebook et n’est pas affilié à Facebook Inc.
Le contenu de ce site web n’a pas été vérifié par Facebook. Facebook est une marque déposée de Facebook, Inc.


Une réponse sur « L’homme de la Sierra »

Répondre à Marie GRIPPON Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s