Sous Haute Protection

Saga Baltimore – Tome 2


La si calme et si discrète Lena et Sean, le Navy Seal sexy et tatoué, n’auraient jamais dû se rencontrer.

Pourtant il y a eu cette nuit torride, sublime et sans promesse. Le lendemain, Sean reprenait la mer et Lena retournait à sa vie bien rangée.

Trois ans plus tard, au repos forcé après une mission difficile, Sean est de retour au pays. À peine arrivé, il apprend que Lena est en danger. Unique témoin d’un meurtre, celle qu’il n’a pas pu oublier pourrait bien être la prochaine cible de l’assassin. Sean ne réfléchit pas. Il doit la protéger…



Où le trouver ?

La version papier est commandable dans toutes les librairies


Découvrez un extrait


Chapitre 1

Annapolis, un samedi soir au mois de mai, il y a trois ans

Accoudé, sa bière à la main, le lieutenant de vaisseau Sean Adams observait les clients du bar gravitant autour du comptoir, sans se soucier d’être discret. Pour être exact, il examinait les clientes, et les possibilités que chacune pouvait lui offrir de finir en beauté sa dernière soirée à terre. Son regard glissa sans s’attarder sur une bande de quatre femelles cougars qui avaient déjà tenté une approche sur ses potes et lui vers un autre groupe d’une dizaine de jeunes femmes. Celles-ci étaient visiblement là pour enterrer la vie de jeune fille d’une des leurs et ne lui portaient aucun intérêt. Dommage, il y avait quelques jolis petits lots parmi elles.

— Hé ! Lieutenant de mon cœur, si on levait l’ancre ? suggéra Jesse, la seule fille de sa section, en se juchant sur le haut tabouret à côté du sien. On s’ennuie à mourir ici. D’après Luke, il y a un pub beaucoup plus sympa de l’autre côté de la baie. On devrait aller tenter notre chance là-bas, la pêche sera peut-être meilleure ?

En décodé, ce club select sur West Street, dans le quartier historique, n’était pas non plus à la hauteur de ses attentes niveau mecs. Sean s’apprêtait à acquiescer quand ses yeux, qui balayaient la salle une dernière fois, s’accrochèrent à une étoffe rouge près de l’entrée. Précisément, à une robe rouge. Une robe rouge super sexy, moulant un corps de sirène.

— Oh, oh ! Torpille en acquisition, commenta Jesse en suivant la direction de son regard. Si j’ai bien compris, on peut partir sans toi. Tu nous rejoindras si elle te balance les contre-mesures.

— Un truc comme ça, confirma Sean.

Une fraction de seconde, il lâcha sa cible des yeux pour rendre son sourire à sa meilleure amie, avant de recommencer à détailler la délectable jeune femme qui avait attiré son attention.

— Mais il vaudrait mieux ne pas m’attendre, ajouta-t-il. On se retrouve demain à bord. J’arriverai juste avant qu’on appareille.

— Vantard ! le chambra-t-elle.

Jesse examina elle aussi la beauté blonde qui s’était approchée du bar pour passer commande. Celle-ci était vraiment magnifique, grande avec des formes très féminines. Rien à voir avec elle, qui avait tout du garçon manqué. Se tournant vers Sean, Jesse l’observa un instant. Son meilleur ami avait une stature impressionnante, même pour un Navy Seal. Avec sa musculature bien développée, sa coupe de cheveux réglementaire, ses tatouages, son regard franc et son sourire direct, il plaisait aux femmes. Sans avoir un tempérament de tombeur, quand il se mettait en quête de compagnie, il ne finissait jamais la nuit seul.

— Ne loupe pas le départ, amigo, c’est ta dernière mission avec nous avant ton transfert et ton changement d’unité, lui rappela-t-elle avant de s’éloigner.

Sean hocha la tête sans vraiment l’écouter. D’ailleurs, sans plus se préoccuper du groupe qui quittait le pub, il fixa toute son attention sur sa sirène. Elle était debout près du comptoir, de profil, et attendait que le barman lui serve le cocktail qu’il était en train de confectionner avec ardeur tout en la dévorant, lui aussi, des yeux.

Pas touche, l’asticot, songea-t-il avec agressivité. Elle est pour moi.

Il prit tout son temps pour la détailler. La robe rouge était jolie, classe et finalement plutôt sage : longueur en dessous du genou avec une fente légèrement coquine à droite, bretelles larges et décolleté carré. C’est cette fille qui était une bombe !

Dans les un mètre soixante-dix sans talons, estima-t-il, de longues jambes, de fines chevilles et des fesses délicieusement rebondies. La sirène avait aussi une chevelure lisse et brillante d’un blond chaud qui lui descendait jusqu’au creux des reins. Son coiffeur devait être un vrai pro : aucune démarcation n’était visible entre ses cheveux et ses extensions, donnant à Sean une folle envie d’y plonger ses mains. Mais le plus spectaculaire, aux yeux du commando de marine esseulé qu’il était ce soir, restait cette magnifique paire d’obus qui tendaient à la perfection le bustier de sa robe. Volumineux sans être disproportionnés, implantés haut sans que cela soit exagéré. Son chirurgien esthétique avait fait un boulot génial. Elle avait le parfait équilibre entre une poitrine voluptueuse, une taille fine et des hanches accueillantes, promesse de nuits brûlantes.

D’un coup d’œil aguerri, il évalua la concurrence : quelques quadras en goguette, une poignée de boutonneux à peine pubère, deux ou trois militaires en permission… Rien d’insurmontable. Il avait toutes ses chances. Sean vit le barman, lui aussi sur les rangs pour séduire la sirène, lui tendre son verre et essayer d’engager la conversation. Elle lui répondit avec un geste vague de la tête et régla sa consommation en sortant l’argent d’un grand sac, pas franchement assorti au reste de sa tenue. Le Seal fut ravi de la voir ignorer les tentatives d’approche de l’avorton.

Parfait, un de moins. Tu as du goût, chérie.

Puis elle se tourna vers la salle, incertaine, cherchant sans doute une place. C’est à ce moment que son regard croisa celui de Sean et qu’ils s’accrochèrent.

Bingo ! pensa-t-il en lui adressant son sourire le plus charmeur. Allez… approche, ma jolie, ne fais pas ta timide. Viens voir le grand méchant loup.

Comme s’il avait utilisé un guidage laser, la jeune femme fit quelques pas dans sa direction et lui sourit, simulant à merveille la modestie. De face, elle était aussi sublime que de profil, aucun doute. Même sous cet éclairage tamisé, il eut la confirmation qu’elle était très belle. Elle devait avoir à peu près son âge et n’était peut-être pas si délurée qu’il l’avait cru au premier abord. En tout cas, elle avait beaucoup de charme et d’élégance, même si son maquillage était un peu trop chargé à son goût.

Lentilles colorées ? s’interrogea Sean en remarquant ses yeux d’un bleu profond, sans parvenir à trancher la question.

En fait, il se fichait de savoir ce qui était artificiel ou naturel chez elle. L’ensemble était hautement désirable, et c’est tout ce qu’il voulait ce soir. Il cherchait une partenaire canon pour s’offrir une baise mémorable et réchauffer les rêves des longues nuits solitaires qui l’attendaient dans les semaines, et peut-être même dans les mois à venir. Rien de romantique dans sa démarche, rien qu’un plan cul torride. La beauté s’approcha de lui, parut hésiter.

— Cette place est-elle libre ? demanda-t-elle, avec une voix qui lui plut autant que le reste.

— Plus maintenant, répondit-il en lui souriant.

Elle s’assit sur le tabouret avec précaution, prenant garde à ne pas renverser son verre. Sean, lui, ne perdait pas une miette de la vision de cette robe rouge – au tissu délicieusement tendu sur les courbes de ses cuisses parfaites – contrastant avec le cuir sombre. Elle prit le temps de tremper ses lèvres dans le breuvage coloré, visiblement pour se donner une contenance, avant de reposer la flûte sur le comptoir.

En douceur, songea Sean. Ce n’est peut-être pas une habituée.

Sa timidité n’avait pas l’air simulée – ou alors c’était une merveilleuse comédienne –, et il avait tout intérêt à respecter son scénario s’il voulait parvenir à ses fins.

— C’est sympa, ici. Vous êtes déjà venue ?

— Non, c’est la première fois, répondit-elle de la même voix douce avant de reprendre une petite gorgée de son cocktail. Et vous ?

— Pareil. Et je ne suis pas près de revenir avant longtemps.

— Pourquoi ? demanda-t-elle comme il l’avait prévu, avec un charmant étonnement dans son regard saphir.

— J’étais à l’école navale pour un stage de perfectionnement sur de nouveaux matériels. Je pars demain rejoindre mon bâtiment pour une mission à l’étranger d’une durée indéterminée.

Voilà, il avait annoncé la couleur. À elle de décider si elle était intéressée par ce qu’il avait à offrir. En toute honnêteté, il l’espérait vraiment. Son soldat – malicieusement surnommé baby Sean par une de ses ex – s’était réveillé à la seconde où il avait vu cette beauté près de la porte. S’il loupait l’hameçonnage d’une telle sirène, Sean s’en mordrait les doigts longtemps, il en était convaincu, et il aurait du mal à se débarrasser de sa frustration ce soir. Tout son corps la réclamait déjà.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s